Comité scientifique

Valentina BOSETTI est professeur titulaire à l’université Bocconi, où elle enseigne l’économie de l’environnement et du changement climatique, et chercheuse principale à l’Institut européen d’économie et d’environnement de la CMCC RFF. Elle a collaboré avec la Fondazione Enrico Mattei de 2003 à 2018 et collabore avec le Centre euro-méditerranéen sur le changement climatique. Elle a été l’un des principaux auteurs du 5e rapport d’évaluation du GIEC (2014) et sera l’un des principaux auteurs du 6e rapport d’évaluation. Chercheuse principale d’une “starting Grant” ERC sur l’innovation et les technologies propres (ICARUS) et d’une deuxième sur l’incertitude et le changement climatique (RISICO). Elle est également présidente de l’Association italienne d’économie de l’environnement et des ressources (IAERE) et membre du conseil de l’Association européenne d’économie de l’environnement et des ressources (EAERE). Sa page sur le site de l’Université Bocconi (Milan, Italie)

James K. BOYCE est auteur, économiste et professeur émérite à l’université du Massachusetts Amherst où il est également senior fellow à l’Institut de recherche en économie politique. Jim a obtenu sa licence à l’université de Yale et son doctorat à l’université d’Oxford. Il a écrit pour Harper’s, Scientific American, Politico, The New York Times, The Los Angeles Times et de nombreuses revues spécialisées, notamment Proceedings of the National Academy of Sciences, Ecological Economics, Environmental Research Letters et Climatic Change. Il est le lauréat du prix Leontief 2017 pour l’avancement des frontières de la pensée économique et du prix 2011 pour le partage équitable de l’héritage commun de Project Censored et de la Fondation pour la liberté de la presse. Son dernier livre est Economics for People and the Planet: Inequality in the Era of Climate Change (Anthem 2019). En Français, on peut lire Petit manuel de justice climatique à l’usage des citoyens (LLL, 2020). Il est également l’auteur, parmi de nombreux ouvrages, de Economics, the Environment and our Common Wealth (Edward Elgar 2013). Sa page sur le site du Political Economy Research Institute.

Marc FLEURBAEY est économiste à l’université de Princeton, au sein de la Woodrow Wilson School et de l’University Center for Human Values, USA. Il est le rédacteur en chef de Social Choice and Welfare et ancien rédacteur en chef de Economics and Philosophy. Il est coordinateur de chapitre pour le cinquième rapport d’évaluation (2014) du Groupe d’experts intergouvernemental sur le changement climatique. Marc Fleurbaey est titulaire de la chaire “Economie du bien-être et de la justice sociale” au Collège d’études mondiales et l’un des animateurs du Panel International sur le Progrès Social. Ses recherches en économie et en philosophie ont été consacrées à l’économie normative, la justice distributive et l’évaluation des politiques publiques. Les principaux domaines d’application sont la mesure de la protection sociale, les politiques climatiques, les priorités en santé, et la fiscalité optimale. Parmi ses ouvrages, signalons un ouvrage collectif A Manifesto for Social Progress. Ideas for A Better Society (Cambridge University Press, 2018); Beyond GDP. Measuring Welfare and Assessing Sustainability (Oxford University Press, 2013, avec D. Blanchet); A Theory of Fairness and Social Welfare, Cambridge University Press, 2011, avec F. Maniquet). Sa page sur le site de l’Université de Princeton.

Céline GUIVARCH est directrice de recherche à l’Ecole des PontsParisTech, ingénieur en Chef des Ponts Eaux et Forêts et économiste au CIRED. Elle travaille à la fois sur les impacts économiques du changement climatique et sur les trajectoires de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ses travaux ont contribué à l’analyse de ces trajectoires dans leurs composantes physiques et économiques, au traitement de l’incertitude dans les modèles et les scénarios et à la prise de décision en situation d’incertitude. Elle a participé à la rédaction du 6ème rapport d’évaluation du GIEC, groupe 3 sur l’atténuation et est Membre du Haut conseil pour le climat. Sa page sur le site de l’Ecole des Ponts.

Michael JAKOB est chercheur sénior à l’Institut de recherche Mercator sur les biens communs mondiaux et le changement climatique (MCC Berlin). Ses recherches portent sur la politique climatique dans les pays en développement, avec un accent sur les conséquences de l’atténuation du changement climatique en termes de distribution et d’équité, sur la relation entre la politique climatique et le capitalisme, la croissance économique et la mondialisation, et sur la gouvernance et la conception des politiques. Avant de rejoindre la MCC, Michael Jakob a passé plus de cinq ans en tant que doctorant et chercheur post-doctoral à l’Institut de Potsdam pour la recherche sur les impacts climatiques. Il est titulaire d’un doctorat en économie de l’Université technique de Berlin et a obtenu des diplômes en physique, en économie et en relations internationales dans des universités de Munich, de Saint-Gall et de Genève. Sa page sur le site du MCC Berlin.

Eloi LAURENT est économiste senior à l’OFCE (Centre de recherches en économie de Sciences Po, Paris), professeur à l’École du management et de l’innovation de Sciences Po et professeur invité à l’Université Stanford (Paris et Stanford). Macro-économiste de formation (doctorat), lauréat de Sciences Po (summa cum laude), ses travaux portent sur la relation entre bien-être et soutenabilité, en particulier sur le lien soutenabilité-justice (l’approche social-écologique). Il est l’auteur ou l’éditeur de vingt livres en français et en anglais (traduits en sept langues), de trois rapports gouvernementaux et de plus d’une centaine d’articles publiés dans des revues françaises et internationales. Sa page sur le site de l’OFCE.

Kate PICKETT est épidémiologiste à l’université de York, au Royaume-Uni. Elle a été formée en anthropologie biologique à l’université de Cambridge, en sciences nutritionnelles à l’université de Cornell et en épidémiologie à l’université de Californie-Berkeley. Elle est actuellement professeur d’épidémiologie au département des sciences de la santé, directrice adjointe du Centre for Future Health à York, directrice associée du Better Start Bradford Innovation Hub et directrice adjointe du Leverhulme Centre for Anthropocene Biodiversity (LCAB). Au sein du LCAB, elle travaille sur les aspects des sciences sociales du changement environnemental. Ses recherches portent plus spécifiquement sur l’impact des inégalités socio-économiques sur la santé et le bien-être des personnes, des communautés et de l’environnement.  Elle est co-auteur, avec Richard Wilkinson, de The Spirit Level (2009) et The Inner Level (2018). Elle est également cofondatrice et administratrice de The Equality Trust et ambassadrice mondiale de la Wellbeing Economy Alliance (WeALL). Sa page sur le site de l’Université de York, Royaume-Uni.

David SCHLOSBERG est professeur en politiques environnementales au Département du Gouvernement et des Relations Internationales, professeur Payne-Scott et directeur du Sydney Environment Institute à l’Université de Sydney. Il est reconnu internationalement pour ses travaux sur les politiques environnementales, les mouvements environnementaux et la théorie politique – en particulier l’intersection des trois dans son travail sur la justice environnementale. Ses autres intérêts théoriques sont la justice climatique, l’adaptation et la résilience climatique ; les mouvements environnementaux et les pratiques de la vie quotidienne – qu’il nomme matérialisme durable. Les travaux plus appliqués du professeur Schlosberg portent sur l’adaptation et la résilience, les impacts sanitaires et sociaux du changement climatique et les réponses communautaires à l’insécurité alimentaire. David Schlosberg a été professeur invité à la London School of Economics, à l’Australian National University, à Princeton University, à l’Université de Washington et à l’Université de Californie à Santa Cruz, entre autres. Parmi ses nombreuses publications, Sustainable Materialism: Environmental Movements and the Politics of Everyday Life (Oxford University Press, 2019), The Oxford Handbook of Environmental Political Theory (éd. , Oxford University Press, 2016), Climate-Challenged Society (avec John S. Dryzek et Richard B. Norgaard, Oxford university Press, 2013), Defining Environmental Justice: Theories, Movements, and Nature (Oxford University Press, 2007). Sa page sur le site de l’Université de Sidney, Australie)